Pourquoi choisir cette formation plutôt qu’une autre ?

D’abord parce qu’elle est pragmatique.

Je ne vais pas vous enseigner des choses fumeuses, ou ésotérique la mise en scène est une chose très concrète, il y a bien sûr une part de ressenti, mais l’ensemble est finalement très cartésien. Faire un film, c’est comme faire un tour de magie, et par bien des aspects d’ailleurs, la mise en scène se rapproche de la magie, on est dans la manipulation.

Cette manipulation est bienveillante, elle est là pour susciter des émotions

Mais même si pour le spectateur tout semble pure émotion et couler de source, pour le magicien, tout est très calculé, tout est maîtrisé. Il y a bien sûr des magiciens qui se permettent plus d’imprévus que d’autre, mais il n’y a que rarement de l’improvisation. Cependant si le cinéma et la magie n’était que des formules mathématiques, il ne serait pas aussi distrayant.

C’est là toute la complexité : parvenir à mêler l’émotion à la rigueur

Lorsque le magicien fait sortir des cartes de ses mains par centaine, nous sommes émerveillés, et le magicien sourit comme si tout été facile, mais rien ne serait plus faux que de le croire, à l’instar de l’art du cinéma, c’est un art précis qui nécessite de la rigueur, le magicien s’est inlassablement entraîné jusqu’à maîtriser parfaitement son geste.

Ma formation ira dans ce sens.

Une bonne expérience

L’autre point positif, c’est que j’ai une large expérience de terrain, j’ai réalisé plus d’une dizaine de courts métrages, plusieurs documentaires et j’ai pu côtoyer de grands noms du cinéma comme Jean Pierre Jeunet, Olivier Dahan et Jean Jacques Annaud pour ne citer qu’eux. Et à leur contacte, j’ai pu affiner ma mise en scène, ce qui fait que même si je ne peux pas me prétendre être le plus calé dans le domaine, je peux au moins dire que je sais de quoi je parle.

Ecole ou formation ?

Enfin ma méthode n’est pas LA formation à faire, elle a juste le mérite d’exister et de proposer une alternative à l’école de cinéma. J’en ai moi même fait une, et même si j’y ai appris des choses et que j’ai rencontré des gens très biens, j’ai surtout appris une chose essentielle : Une école de cinéma c’est du business

L’école est là pour gagner de l’argent pas pour vous permettre de faire du cinéma

D’ailleurs il y a une preuve imparable, c’est que tant que vous payez dans l’école, vous passez d’année en année ! C’est le cas pour la quasi totalité des écoles privées, pour ce qui est des écoles publiques la FEMIS et Louis Lumière, il y a un réel test d’entrée, qui est assez coton d’ailleurs, mais pour le reste des écoles les notes, les tests d’entrée sont bidons et ne sont là que pour masquer le réel objectif de l’école de cinéma qui est d’amasser de l’argent. Ça peut sembler évident, mais pour autant, vous seriez tenté par en faire une, n’est ce pas ?

Parce que ça rassure, et qu’y a t il de plus réconfortant qu’un diplôme ? Une fois sortie de l’école, on peut fièrement brandir son bout de papier. Et bien je vais vous faire une confidence :

Un diplôme ne m’a jamais été demandé sur aucun tournage

Et il ne m’a surtout jamais permis de décrocher de job juste par sa présence.

Car ce qui compte en réalité c’est ce que vous savez faire, point barre

Les gens se rendront tout de suite compte si, oui ou non, vous avez pu faire une formation une fois sur le tournage.

Articles conseillés :

Ces réalisateurs célèbres qui n’ont jamais fait d’école de cinéma

En savoir plus sur les écoles de cinéma

Faire du Cinéma

Bilan

couverture2J’espère que cet article vous aura plu, sans doute que ce guide gratuit vous intéressera  :

“Tout ce que l’école de Cinéma ne vous apprendra jamais”

(Et qui est pourtant essentiel pour réussir)

A quelle adresse souhaiteriez vous que je vous l’envoie ?

Je déteste les spams, votre adresse mail ne sera jamais cédée ni revendue 😉

Leave a Comment

Your email address will not be published.