Article James_Cameron

Published on août 26th, 2017 | by Marc

0

James Cameron : Mise en Perspectives

James Cameron est un des plus grands réalisateurs de tous les temps (cf les 4 plus grands réalisateurs de tous les temps) et bien évidemment ce ne fut pas toujours le cas. Il a eu des hauts et des bas (cf les 6 réalisateurs ayant connus l’échec avant la réussite).

Ce que j’aimerai faire dans cet article c’est de créer une mise en perspective du début de sa carrière.

Je le ferai dans tous les articles intituler « mise en perspectives ». Elle replace les choses dans leur contexte et j’espère vous intéressera tout autant que moi.

Sur ce, c’est parti pour la mise en perspectives.

La Naissance

16 Août 1954

affiche.Fenetre-sur-cour.3881Alors que James vient de naître, le film d’Hitchcok « Fenêtre sur cour » vient de sortir ce même mois d’Août.

Hitchcock à cette période est clairement un des grands maîtres encore en activité.

Stanley Kubrick, lui, a 26 ans, il a sorti l’année dernière son premier film Fear and Desire qu’il reniera tout au long de sa carrière.

Enfin les personnes qui seront importants pour sa carrière :

Stan Winston a 8 ans, Arnold Schwarzenegger à 7 ans, James Horner a fêté il y a deux jours ses 2ans et Roger Corman a 28 ans, il ne produira et ne réalisera que l’année prochaine son premier film.

Premier choc cinématographique

1968 : 2001 : l’Odyssée de l’espace

odysseIl y a plusieurs chocs dans la vie de James Cameron, le premier c’est « 2001 l’odyssée de l’espace ».

James a 14 ans. Kubrick qui réalise ce film en a 40. C’est le premier film de sa deuxième période, la plus graphique, la plus Kubrickienne. Le film est un grand succès, James, qui adore l’espace, est captivé.

A cette période, c’est la fin d’un cycle pour Hitchcock, ces films sont moins dans l’air du temps, Psycho est sorti il y a maintenant 8ans et ces films sont moins percutants, le rideau déchiré est son dernier film en date (sorti il y a deux ans) et il n’a pas cartonné. Il a cependant reçu cette année un prix honorifique lors de la cérémonie de Oscar, qui se rattrappe in extrémis de ne pas avoir donné de prix à un grand maître tel que Hitch.

Arnold Schwarzenegger a 21 ans et s’entraine dur pour tenter l’année prochaine son premier concours de M. Olympia. Il ne le sait bien sûr pas, mais il va l’échouer. Il ne sera que deuxième. Pour que, l’année suivante, en 1970 il devienne le plus jeune M. Olympia de l’histoire à 23ans.

Francis Ford Coppola qui a débuté grâce à Roger Corman. Ce dernier lui avait permis de tourner, il y a six ans, un film intitulé « Battle Beyond the sun » ainsi que Dementia 13 l’année suivante. Corman a, en 1968, déjà produit plusieurs films de plusieurs autres futurs stars : Jack Nickolson en 1958, Robert Towne en 1960 (futur scénariste de Chinatown, Le Parrain, Greystoke ou encore Mission Impossible) et cette année il vient de produire un film de Peter Bogdanovich « Voyage to the planet of préhistoric women ».

1977 : La Guerre des Etoiles

star warsGeorge Lucas a 33 ans, il s’est brouillé avec Francis Ford Coppola qui est parti faire Apocalypse Now sans son conscentement.

Kubrick a réalisé il y a deux ans Barry Lyndon qui a remporté 4 Oscars.

Hitchcock confirme sans lente descente avec un film d’un autre âge : Complot de Famille sorti l’année dernière. Ce sera son dernier film. C’est la fin des anciens géants qui vont devenir des légendes, Charlie Chaplin va mourir le Noel de cette année là. Et c’est le début d’une nouvelle génération qui vont changer radicalement le visage du cinéma. George Lucas en fait bien sûr parti, Steven Spielberg qui vient de sortir rencontre du 3ème type et qui a cartonné il y a deux ans avec un film qu’on qualifiera d’un mot barbare et nouveau à l’époque : blockbuster.

Notre James est le prochain, il n’en a pas la certitude mais il l’aspire profondément. La rencontre avec ses futurs collaborateurs est imminente.

Stan Winston a désormais 31 ans, il a déjà travaillé sur quatre films, le dernier en date, est sorti l’année dernière et s’appelle « Dr Black et Mr Hyde ». Et Arnold Scharzenegger tourne dans son 3ème film Pumping Iron, où il joue son propre rôle.

Francis Ford Coppola qui a débuté grâce à Roger Corman. Ce dernier lui avait permis de tourner, il y a six ans, un film intitulé « Battle Beyond the sun » ainsi que Dementia 13 l’année suivante. Corman a, en 1968, déjà produit plusieurs films de plusieurs autres futurs stars : Jack Nickolson en 1958, Robert Towne en 1960 (futur scénariste de Chinatown, Le Parrain, Greystoke ou encore Mission Impossible) et cette année il vient de produire un film de Peter Bogdanovich « Voyage to the planet of préhistoric women ».

Premier court métrage et premier job

1978 : Xenogenesis

xenogenesisJames a 24ans lorsqu’il vient d’obtenir 20 000 dollars auprès d’un consorcium de dentiste, soucieux de payer moins d’impots.

Il réalise donc son premier court métrage et peut laisser s’exprimer son talent. On retrouve dans ce court tout ce qui fera sa popularité.

Durant cette année, son compositeur fétiche, James Horner a 26 ans et sa carrière vient tout juste de débuter, il a, en une année, réalisé pas moins de 6 bandes originales !

Roger Corman continue dans sa découverte de talents : Robert De Niro, Sylvester Stallone, Charles Branson, Dennis Hopper, Jonathan Demme, et l’année dernière Ron Howard pour film, un certain GTA… Mais sa plus grande découverte, il ne l’a pas encore faite, elle va survenir dans les deux ans qui viennent lorsqu’il verra un court métrage prometteur d’un homme qui allait faire les films les plus vus au monde !

1980 : la rencontre décisive

7ett8mvudloezwf6pant74ubdrc-have-you-heard-of-battle-beyond-the-stars-1980-jpeg-129999Roger Corman et James Cameron viennent de se rencontrer. Corman va donner à James son passeport pour le cinéma, mais pas encore pour le succès.

Celui ci n’arrivera que 4 ans plus tard. En cette année 1980 il n’est encore que directeur artistique d’un film de seconde zone intitulée : battle beyond the stars (les mercennaires de l’espace) mais c’est sur ce film qu’il rencontrera James Horner. Les deux hommes ne savent pas que sur le tournage de cette daube intergalactiques, va se nouer une amitié qui aboutira sur le gain de plusieurs oscars. Comme quoi, on peut jamais savoir.

Cette année c’est aussi la sortie d’un film qui va faire beaucoup parler : Shining de Kubrick qui révolutionne les mouvements avec l’utilisation de la steadycam.

Steven Spielberg sort 1941 qui sera un échec. Un des rares de sa carrière.

Hitchcock meurt cette année là alors que « l’empire contre attaque » sort.

Arnold Schwarzenegger, à 33 ans, est en bout de course, et désepère d’avoir un jour un grand rôle.

Stan Winston travaille sur un film au titre prémonitoire : Exterminator.

Première réalisation

1981 : Piranhas 2

piranha2posterDes producteurs italiens repèrent James Cameron et lui propose un film, son premier film.

Ce sera Piranhas 2. ça sent la daube, mais Cameron saute sur l’occasion. Le premier Piranhas avait été réalisé par Joe Dante (Gremlins, aventure intérieure) réalisateur déniché également par Roger Corman. Le film était pas si mal pour un film de série B. Cameron en prend son partie en se disant qu’il fera mieux. Or les dés sont pipés et c’est un piège qui lui a été tendu, l’ensemble est développé dans l’article : ces réalisateurs qui ont connus l’échec avant de connaître le succès.

Le film est une daube. Cameron est au fond du gouffre. La bonne nouvelle c’est qu’il a un nouveau scénario : Terminator.

L’autre bonne nouvelle c’est qu’il a croisé le chemin d’Arnold Schwarzenegger qui a eu enfin un rôle à sa mesure : Conan le barbare. Ce dernier va permettre de part sa notoriété naissante à faire avancer le projet Terminator. Arnold souhaite jouer dans le film de Cameron, pas dans le rôle qu’il avait envisagé, mais peut importe, il doit remonter en selle, et avec son scénario cette fois ci.

1984 : Terminator

terminator affUne autre personne qui va croiser son chemin, c’est Stan Winston.

Ce dernier a obtenu en  1982 un prix pour ses effets spéciaux, c’est un des meilleurs sur le marché. Cameron est un sombre inconnu, mais il y croit, il va, au culot, lui demander de travailler sur son projet. Stan le prend d’abord de haut, mais lorsqu’il met son nez dans les dessins de Cameron, il flaire qu’il n’a pas affaire à un réalisateur de série B, mais un réalisateur qui a de l’ambition et qui met les moyens pour atteindre ses prétentions. Dès lors, Winston va s’investir dans ce projet, et les projets suivants de Cameron et sera un allié puissant.

Le hic pour Terminator, c’est que Arnold Schwarzenegger a signé pour une suite au film qui l’a fait connaître, il doit tourner Conan le destructeur. James et son équipe vont devoir attendre une année entière le retour d’Arnold. Mais le jeu en vaudra la chandelle, le film sort est un succès. James Cameron a 30 ans.

La même année Spielberg sort Indiana Jones et le temple maudit.

James Horner a déjà sorti 28 bandes originales, dont celle de Cocoon en 1984.

La dernière pièce manquante

1986 : Aliens

AliensJames Cameron ne serait pas James Cameron sans James Horner.

Leur collaboration va se faire sur Aliens. Et ce sera dans la douleur. Cameron change régulièrement le montage ce qui oblige Horner a refaire sa musique, et il aura que quelque jour avant la sortie du film pour faire une musique qui sera si efficace qu’elle sera pendant des années utilisées pour des bandes annonces.

James Horner et James Cameron se feront la tête, le prochain film, The Abyss, se fera sans cette collaboration. Il faudra attendre True Lies pour qu’ils travaillent de nouveau ensemble, puis elle ne s’arrêtera qu’à la mort de Horner en 2015.

En cette année 1986, c’est l’année de Top Gun, Crocodile dundee et Platoon qui se trouvent sur le podium des films ayant fait le plus d’entrée. Aliens ne sera que 7ème mais ce sera la dernière fois qu’un film de Cameron avec la musique de Horner ne sera pas sur le podium. En 1994 avec True Lies, ils sont 3ème derrière Forrest Gump et le Roi Lion et en 1997 avec Titanic et en 2010 avec Avatar ils seront premiers.

Pour en savoir plus sur James Cameron vous pouvez lire ce livre : James Cameron, l’odyssée d’un cinéaste.

Allez plus loin

couverture2J’espère que cet article vous aura plu. Vous pouvez me dire ce que vous en avez pensé en vous inscrivant ici.

Vous recevrez en cadeau de bienvenue mon livre

« Tout ce qu’on ne vous apprendra jamais à l’école de cinéma »

(et qui est pourtant essentiel pour réussir.)

Bonne lecture !

Tenez moi au courant de vos progrès !

A très vite !


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑