Jurassic Park Scène T-Rex – Plan par Plan 2/4

Voici la deuxième partie de l’étude de la scène d’attaque du T-Rex du film Jurassic Park de Steven Spielberg. Durant cette partie T-Rex apparaît est passe à l’attaque.

Si vous n’avez pas lu la première partie, je vous suggère de vous y rendre : L’attaque du T-Rex – Plan par Plan.

D’autre part je vous mettre également un lien pour vous procurer ce film si vous ne l’avez jamais vu.

C’est parti pour l’étude !

Scène T-Rex Jurassic Park

Plan 32 / Plan Matriciel 26

Réaction double celle de Malcom suivie de celle de Grant qui rentre dans le champ. Cette manière de faire réagir les personnages en deux temps est efficace pour donner une bonne dynamique à la réaction en économisant un cut.

On peut se poser la question de l’utilisation de la pluie au premier plan.

Pourquoi ne pas avoir filmer leur réaction dans le même axe mais sans la pluie au premier plan ?

Ce n’est pas utiliser comme à l’accoutumé comme un amplificateur, à la rigueur comme un intensificateur. Alors pourquoi ? Spielberg, on le verra, utilise l’eau comme d’un révélateur pour visualiser la frontière entre l’intérieur (de la voiture) et l’extérieur qui est toujours une zone de danger. Ici le dinosaure vient d’arriver, il y a une sensation de danger parce qu’ils sont filmés de l’extérieur, comme si la zone de danger les regardait. Cet effet sera réutilisé par la suite.

Enfin dernière réflexion, pourquoi ne pas avoir filmé de face la réaction des personnages et opter pour une valeur de profil, moins puissante ?

D’abord elle est partiellement compensée par le fait qu’ils soient deux à réagir comme énoncé au dessus, ensuite on peut se dire que c’est pour la spatialisation. En effet c’est l’apparition d’un nouvel élément, le T-Rex et le fait qu’ils regardent vers le bord cadre gauche implique qu’ils sont à droite de la scène (ce qui a toujours été le cas depuis le début de la séquence) ça permet juste de confirmer qu’il n’y a pas eu de chamboulement à ce niveau là.

Tout est possible, mais la raison la plus vraisemblable c’est qu’il y a une thématique dans cette séquence, et un traitement qui en découle. La thématique c’est le cinéma, et le traitement, c’est que ces deux personnages, les deux professeurs, seront passifs, comme des spectateurs. Il y a en effet une mise en abîme avec le spectateur qui va regarder des personnages eux même spectateur de la scène.

Le fait de les filmer de profils serait alors une façon de montrer qu’ils sont subjugués par ce qu’ils voient (vision d’horreur mais captivante, émotion que Spielberg souhaiterait insuffler à ses spectateurs.) mais pas au point d’agir. L’action viendra plus tard, quand ils seront filmés de face.

Les deux professeurs regardent le T-Rex arriver. Cut.

Cut Point de vue tronqué

Plan 33 / Plan Matriciel 27

Plan utilisé comme un cut point de vue, mais comme ils font partis du plan on le dit tronqué.

Le T-rex se place entre les gamins et les adultes. C’est la fonction première de ce plan : nous indiquer que le T-Rex sépare les deux groupes. Cependant, comme souvent chez Spielberg, il y a une fonction annexe.

Ici nous voyons le T-Rex à travers un écran, qui est regardé par deux personnages qui eux même le regarde à travers leur par-brise qui est symboliquement comme une sorte d’écran.

De nouveau la mise en abîme et la volonté de faire passer les deux professeurs pour des spectateurs.

On notera d’ailleurs que le pare brise n’est pas affecté par la pluie, ce qui renforce la sensation de regarder un écran et que tout ceci est irréel.

Le T-Rex s’intercale entre les deux groupes. Cut.

Cut Retour Point de vue

Plan 34 / Plan Matriciel 26

Retour sur le plan 26, cette fois ci on est à l’intérieur, il n’y a plus de pluie en amorce : sensation de protection.

Grant dit qu’il ne faut pas bouger. Cut

Cut Réaction

Plan 35 / Plan Matriciel 20

Ce plan est en apparence un cut parallèle, mais il est en réalité un cut réaction. Grant dit qu’il ne faut pas bouger. Cut. La gamine bouge. Ça crée à la fois un effet comique, mais comme on sait que la gamine se met en danger, ça génère aussi du suspense, parce qu’on sait qu’elle va attirer le dinosaure avec ses gestes amples.

On commence par une valeur serrée sur la gamine pour traduire sa panique, on recule pour voir ce qu’elle cherche, procédé régulièrement utilisé chez Spielberg : on a du retard sur le personnage, il cherche… Mais quoi ? On recule : une valise apparaît. C’est ça qu’il cherchait ?… Non, elle l’ouvre… une lampe à l’intérieur. Ok c’est ce qu’elle cherchait.

Ce procédé génère un mini mystère, qui génère de l’attention chez le spectateur, et une fois de plus c’est une économie pour les cut à conserver pour un passage plus nerveux.

On remarquera que la patte de chèvre à disparu, ce qui est un faux raccord que je soupçonne assumé parce que pour la suite des événements, cette patte aurait posé des problèmes. Nous y reviendrons.

La gamine saisit la lampe. Cut.

Cut Parallèle

Plan 36 / Plan Matriciel 27

Retour sur le plan Matriciel 27, le dinosaure percute la voiture et menace les professeurs qui ne bougent bien sûr pas. La lampe de la gamine s’allume et fend le ciel attirant le dinosaure.

Le timing de cet enchaînement de plans est intéressant. Dans la plupart des films, on aurait vu dans le plan précédent la gamine allumer la lampe et sur ce plan ci le dinosaure être attiré. Mais ce que fait Spielberg est dans l’optimisation des sensations. L’allumage de la lampe n’est pas nécessaire immédiatement dans le plan précédent, parce qu’on sait en tant que spectateur qu”elle va l’allumer. La vraie question c’est : “quand ?” Donc inutile de la voir allumer la lampe et raccordons sur nos professeurs qui se font provoquer par le T-Rex. Et alors que la situation est tendue mais sous contrôle, la lampe s’allume, ce qui crée une réaction à la fois du dino mais aussi des professeurs.

Ce qui fait que si on avait fait un raccord traditionnel, on avait la fille qui allume sa lampe (ce qui était induit et ne génère pas plus de stresse) et on a pas le dinosaure qui chahute le véhicule des professeurs parce que dès que la lampe s’allume le dino bouge. Donc le raccord nous aurait permit d’avoir uniquement la réaction des profs et du dino.

Bilan dans la version de Spielberg, on perd la vision de la fille qui allume la lampe mais on gagne de la tension avec les profs et le dino qui les provoque.

Le T-Rex s’avance vers la voiture des gamins. Cut.

Cut Réaction

Plan 37 / Plan Matriciel 28

La gamine panique parce que le T-Rex se rapproche d’eux. Utilisation de la lampe comme d’un intensificateur, avec un flaire à la clef.

Elle a peur. Cut.

Cut Reaction

Plan 38 / Plan Matriciel 29

Le T-Rex se rapproche de la porte ouverte. On remarquera d’ailleurs que sur le plan matriciel 27 la porte est fermée…

La voiture est en métal, et inconsciemment on se sent en sécurité à l’intérieur, comme si c’était une sorte d’armure. Le fait que la porte soit ouvert, donne l’impression qu’il y a une faiblesse dans la cuirasse. On est d’accord que ce n’est pas le fait que la porte soit fermé qui va empêcher le T-Rex de manger les gamins à l’intérieur, d’ailleurs la suite le démontrera. Mais on est dans l’inconscient dans les sensations animales et lorsque le spectateur voit la porte ouverte, il se dit : il y a danger ! Il faut fermet cette porte, parce qu’il n’y a pas le temps de réflexion. Et Spielberg utilise ce ressenti pour ce passage.

Le plan est quasi au niveau du gamin, renforçant l’identification du spectateur et permet une contre plongé qui permet de renforcer la puissance du T-Rex.

Le gamin s’approche de la porte. Cut.

Cut Mouvement

Plan 39 / Plan Matriciel 30

On passe dans un autre axe, celui du monstre, d’autre part, la sensation de danger est important vu de la non protection du gamin. On remarquera d’ailleurs que l’ouverture de la porte est beaucoup plus importante ici que sur le plan précédent.  Pour accentuer la sensation de tension, Spielberg va avancer vers le gamin. Si l’on regarde le plan précédent et le suivant, c’est le même plan matriciel et Spielberg aurait pu rester sur cette valeur pour fermer la porte. Cependant il passe sur cette valeur qui est là uniquement pour dramatiser la scène.

Le gamin amorce la fermeture de porte. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 40 / Plan Matriciel 29

Retour sur le plan matriciel 29. Le gamin ferme la porte et attire l’attention du T-Rex ce qui est générateur de suspense.

Le T-Rex se tourne vers les gamins. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 41 / Plan Matriciel 31

Sous couvert de raccord mouvement avec la fermeture de la portière, il permet de raccorder sur le visage de la gamine, mais ce n’est pas non plus pour autant un cut réaction, ce qui se vérifie par le timing du raccord qui se fait en décalage. Ici c’est un plan qui est là pour dramatiser le passage. C’est donc un cut dramatisation. A ce stade, il ne faut pas oublier que les gamins (et le spectateur) ont la sensation d’être plus en sécurité, et espère que le dinosaure ne les voit pas et passe son chemin. Il y a donc un suspense : va-t-il les voir (les sentir) ?

Bien faire attention au fait qu’on filme derrière le volant, donc normalement il y a le pare brise, et donc la pluie. Cette valeur de plan devrait avoir l’amorce de pluie telle qu’on a pu le voir sur le plan de réaction des professeurs. Si la pluie n’est pas présente c’est bien d’une volonté de Spielberg de distinguer ce qui est vu à l’intérieur de ce qui est vu de l’extérieur.

Inquiète la gamine regarde vers l’extérieur. Cut.

Cut Retour Dramatisation

Plan 42 / Plan Matriciel 32

On revient sur la réaction du T-Rex. Celui ci ponctué par des éclairs se redresse sous le regard du gamin.

C’est le retour du plan motif (plan matriciel 15) qui signifie le danger où la caméra fait des allers retours entre le toit ouvrant et les sièges.

Utilisation de la pluie toujours comme intensificateur, idem pour l’éclair.

Le T-Rex se redresse et observe les gamins. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 43 / Plan Matriciel 33

C’est un cut réaction qui a quelque chose de particulier c’est qu’il est filmé à l’extérieur de la voiture, et ce qui lui donne la sensation d’être du point de vue du T-Rex.

Alors on pourra dire que ce n’est pas le cas parce qu’on est pas assez haut, trop près… mais tout ça c’est si on réagit avec la logique, ici on est dans le ressenti et le fait d’avoir transgressé l’axe pour l’avoir à droite alors qu’elle est normalement à gauche signifie qu’il y a eu transgression.

Mais ici ce n’est pas pour faire un cut 180° mais bien pour passer au point de vue “symbolique” de la créature. Ce qui accroît le suspense, car c’est un point de vue sans vraiment en être un. Si ça avait été le vrai point de vue du T-Rex, on verrai ce qu’il voit et il n’y aurait plus de suspense. Ici, comme on est entre deux on sait pas s’il la voit vraiment.

De plus on est passé à l’extérieur de la voiture (la zone de danger) ce qui est intéressant, c’est de ce rendre compte que la pluie à aussi cette fonction. Elle rend visible la frontière entre ce qui est à l’intérieur et l’extérieur. Dans un contexte ensoleillé, le même plan aurait pu donner la sensation qu’il est tourné à l’intérieur de la voiture, mais là, avec les gouttes visibles, on sait que ce n’est pas le cas. On sent que c’est de la zone de danger qu’on regarde la gamine.

On appréciera aussi l’utilisation du halo de la lampe pour mettre en valeur la réaction de la gamine.

La gamine est en pression. Cut.

Cut Point de vue tronqué

Plan 44 / Plan Matriciel 34

Il y a une réponse à son stresse : le T-Rex s’approche d’elle. Ce plan est un point de vue tronqué de la gamine parce qu’il est utilisé comme un point de vue à la différence qu’elle est, elle même, dans son point de vue.

On remarquera que ce plan, et l’approche du T-Rex face à elle, correspond à la position que le dinosaure aurait dû avoir pour obtenir le point de vue du plan précédent (le plan 43). C’est comme si le plan 43 était une sorte de point de vue par anticipation du monstre.

La gamine retrouve sa position sur la gauche, et nous nous retrouvons logiquement à l’intérieur de la zone de sûreté. Le dinosaure approche son œil de la gamine. Bien sûr la lampe permet de faire un point de focalisation vers l’œil du monstre. Le fait qu’on les ait les deux à l’image, renforce le danger. Une fois de plus, la pluie sert de frontière entre les deux.

La lampe permet enfin de faire réduire la pupille du dino ce qui est ce qu’on appelle un détail signifiant. C’est le genre de détail qui fait qu’une scène est mémorable, et ça permet aussi de rendre plus vivant ce dinosaure qui est en réel un animatronic.

Dans le même plan, il y a la réaction de la gamine., on retrouve l’économie de moyen de Spielberg.

Le dinosaure se redresse. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 45 / Plan Matriciel 35

On a une réaction du gamin, ce n’est pas un cut réaction cependant, car c’est une attente, c’est plus de la dramatisation, on est de nouveau dans le suspense. On peut se dire qu’il y a un problème de positionnement parce qu’il est bord cadre droit, mais c’est qu’il est positionnement en relation avec sa soeur qui est elle à l’extrême gauche, donc il est à sa droite, ce qui se tient.

Un éclair jaillit. Cut.

Cut Point de vue tronqué

Plan 46 / Plan Matriciel 32

De nouveau c’est un point de vue tronqué, car le raccord laisse sous entendre un raccord point de vue, et l’on voit effectivement ce qu’il regardait, mais avec lui dedans, ce qui en fait un point de vue tronqué.

De nouveau le plan motif du danger (idem que le plan matriciel 15).

La tension monte, le T-Rex cherche.

Utilisation de la pluie toujours comme intensificateur, idem pour l’éclair.

Le T-Rex hurle. Cut.

Cut Réaction

Plan 47 / Plan Matriciel 35

Le gamin se bouche les oreilles. Montage cut sur trois plans. Celui ci est le premier.

Montage Cut

Plan 48 / Plan Matriciel 31

La gamine à son tour se bouche les oreilles. Montage Cut 2ème plan.

Montage Cut

Plan 49 / Plan Matriciel 35

Retour sur la réaction du gamin, c’est le troisième plan de ce montage Cut. Ce qui rend intéressant ces plans rapides c’est l’utilisation du plan matriciel 32. Ce plan donne une sensation de continuité ponctuée par de la dramatisation. Et cette continuité est brutalement rompue par ce montage cut.

Cut Elargissement

Plan 50 / Plan Matriciel 36

Elargissement pour laissé un peu de leste après le montage rapide.

Le dino rapproche sa gueule de la voiture des gamins et semble observer à l’intérieur. Cut.

Cut Réaction

Plan 51 / Plan Matriciel 37

Réaction successive du gamin et de la gamine. Les plans s’enchaînent parfaitement à tel point qu’on pourrait croire qu’il n’y en a qu’un seul. Cut.

Cut Mouvement

Plan 52 / Plan Matriciel 37

C’est au tour de la gamine de reculer dans le même plan matriciel que son frère. Mais ce sont bien deux plans.

La gamine regarde avec appréhension vers le dino. Cut.

Cut Point de vue

Plan 53 / Plan Matriciel 36

Le dino les provoque en percutant la voiture. Cut.

Cut Coup

Plan 54 / Plan Matriciel 37

Il y a de nouveau une succession de plan en montage cut. La gamine hurle.

Montage cut

Plan 55 / Plan Matriciel 37

Voici le second plan : Le gamin est en tension en montage cut.

Retour Reaction

Plan 56 / Plan Matriciel 36

Dernier plan de la série cut. C’est le retour sur le dino qui laisse tomber la voiture.. Cut.

Cut Réaction

Plan 57 / Plan Matriciel 38

Le gamin se dirige vers la banquette arrière vers sa soeur.  On est toujours filmé en extérieur, ils sont donc toujours en danger. Ils récupèrent la lampe. Cut.

Cut Point de vue tronqué

Plan 58 / Plan Matriciel 39

Point de vue tronqué du T-Rex qui surplombe les gamins qui braquent vers lui.

On en reparle de la patte de chèvre qui a disparu ?

Le T-Rex regarde ses futurs proies. Cut.

Cut Axe

Plan 59 / Plan Matriciel 40

Ce n’est pas un cut réaction mais bien un cut dans l’axe. La gamine ne se retourne qu’après le raccord pour regarder dans la direction du dino. En réalité la fonction de ce plan c’est le “grognement” du chien, où le chasseur qui a dans sa ligne de mire sa proie. Il y a un resserrement sur les gamins qui sont localisés.  La gamine se tourne vers le T-Rex mais c’est trop tard. Cut.

Cut Coup

Plan 60 / Plan Matriciel 41

Le dino déboite avec sa gueule la vitre et la plaque contre les gamins en voulant les dévorer.

Le plan est subit d’où le cut coup.

Les gamins soutiennent la vitre. Cut.

On appréciera que de nouveau la vitre délimite comme une frontière entière le danger et la sécurité. Et c’est toujours une métaphore de l’écran de cinéma / TV.

Cut Reaction

Plan 61 / Plan Matriciel 42

On a l’impression d’avoir le point de vue des enfants. En réalité, le montage donne l’avantage à la réaction du T-Rex.

Les mains soutiennent la vitre qui sépare du T-Rex. Cut.

Cut Point de vue

Plan 62 / Plan Matriciel 43

Point de vue du T-Rex qui souhaite dévorer les gamins et qui assaille la vitre. Cut.

Cut Coup

Plan 63 / Plan Matriciel 41

Nouveau coup de boutoir du dino. Cut.

Cut Réaction

Plan 64 / Plan Matriciel 44

De nouveau raccord sur la réaction du T-Rex, il y a un resserrement par rapport au plan 60. La pression augmente. Cut.

Cut Point de vue

Plan 65 / Plan Matriciel 45

De nouveau une série de plan en montage cut. C’est le point de vue du T-Rex qui se rapproche “symboliquement” de sa proie. Ce qui rend le plan particulièrement stressant pour le spectateur.

La gamine hurle. Cut.

Cut Réaction

Plan 66 / Plan Matriciel 44

Le dino réagit et cherche à dévorer sa proie. Et pour accentuer la tension, on voit ses dents et son oeil. Cut.

Cut Mouvement

Plan 67 / Plan Matriciel 46

Mouvement de caméra qui va de l’extérieur vers l’intérieur de la voiture qui donne une dynamique qui laisse sous entendre que de nouveau le T-Rex re-pénètre à l’intérieur de la voiture pour effectuer une nouvelle attaque, or le T-Rex reste le nez dans la voiture. C’est le mouvement de caméra qui induit l’attaque et pas le dino lui même. C’est assez intéressant. Le dino attaque les gamins. Cut.

Cut Reaction

Plan 68 / Plan Matriciel 47

On re-bascule sur la réaction du gamin à la suite du hurlement du T-Rex.

Le gamin hurle à son tour. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 69 / Plan Matriciel 48

Retour sur les deux professeurs filmés de l’extérieur de leur véhicule, pour l’effet comique de la buée, qui est un détail signifiant. On notera que le pare brise est impacté par l’eau là où sur le plan où le plan d’apparition du T-Rex il était parfaitement non impacté par la pluie. Ce qui veut bien dire que c’était un effet voulu de Spielberg.

La blague de la buée à pour fonction de permettre de dissipé un peu la tension, afin de pouvoir aller encore plus loin par la suite sans que le spectateur lui même ne décroche.

Et enfin le dernier gain de cette blague, c’est qu’il rend sympathique ces deux professeurs (notamment Malcom) qui de par leur passivité de spectateur pourrait vite paraître lâche et du coup déplaisants.

Les deux professeurs observent la situation. Cut.

Cut Retour Dramatisation

Plan 70 / Plan Matriciel 49

Plan servant à recontextualiser la situation, le T-Rex va changer la donne de l’action. Il percute le véhicule pour le faire se retourner. Autre bénéfice de ce plan, c’est un plan large qui permet de continuer dans le relâchement de la tension.

La voiture oscille. Cut.

Cut Mouvement

Plan 71 / Plan Matriciel 50

La voiture se retourne, ce plan permet de facilité la cascade rendu sans doute difficile avec le T-Rex en Synthèse. D’autre part il donne un dynamisme à ce retournement.

La voiture  fait un tonneau. Cut.

Cut Réaction

Plan 72 / Plan Matriciel 51

Réaction de Grant qui n’agira pas sur ce plan, mais sur le suivant où le verra. De la même manière que pour la lampe de la gamine, on ne le verra pas réagir dans ce plan, c’est sous tendu, on le comprendra quand dans le plan suivant on le verra en action.

Afin d’amplifier sa réaction, Spielberg le film à l’intérieur du véhicule et non plus de l’extérieur comme le plan précédent et il y a une avancée de son visage (qui est l’équivalent d’une avancée traditionnelle de type travelling, mais en plus naturel.)

Grant est sous le choc. Cut.

Cut Retour Dramatisation

Plan 73 / Plan Matriciel 52

Le plan a la même fonction que le plan dont il est très proche (le plan 70) Le T-Rex attaque la voiture et recontextualise la situation qui va se jouer.

Le t-Rex en attaquant le véhicule, l’enfonce et les enfants avec. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 74 / Plan Matriciel 53

Plan a mettre en parallèle avec celui de Grant, avec des différences, c’est que celui ci est fixe et que le comédien est figé, donnant une réaction de stupéfaction qui dans ce contexte est comique, toujours dans le but d’enlever de la tension. Et ce ne sera donc pas un cut réaction mais (dé) dramatisation.

Malcom est sous le choc. Cut.

Cut Dramatisation

Voir la troisième partie

Voilà pour cette deuxième partie. Vous pouvez me contacter pour me poser des questions si vous en avez où si vous souhaitez que j’analyse une séquence d’un film en particulier. Et la troisième partie arrivera bientôt.

Se procurer le DVD

Bilan

couverture2J’espère que cet article vous aura plu, sans doute que ce guide gratuit vous intéressera  :

“Tout ce que l’école de Cinéma ne vous apprendra jamais”

(Et qui est pourtant essentiel pour réussir)

A quelle adresse souhaiteriez vous que je vous l’envoie ?

A quelle adresse souhaites-tu que je te l'envoie ?

Je déteste les spams, votre adresse mail ne sera jamais cédée ni revendue 😉

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Tout ce que l'école de Cinéma ne vous apprendra jamais

(et qui est pourtant essentiel pour réussir)

Tu souhaites ;

- Comprendre ce qui se passe sur un tournage ?

- Maîtriser l'organisation d'une équipe ?

- Apprendre les astuces pour t'en sortir ?

Ce Guide est là pour toi et il est gratuit !

A quelle adresse souhaites-tu que je te l'envoie ?

Je déteste les spams, ton adresse mail ne sera jamais cédée ni revendue ;)