Les Aventuriers de l’Arche Perdue – Plan par Plan – 2/4

Voici la deuxième partie de l’étude de la scène d’introduction d’Indiana Jones de Steven Spielberg. Durant cette partie le héros pénètre dans la grotte pour aller jusqu’à l’idole.

Si vous n’avez pas lu la première partie, je vous suggère de vous y rendre : Les Aventuriers de l’Arche Perdue – Plan par Plan.

D’autre part je vous mettre également un lien pour vous procurer ce film si vous ne l’avez jamais vu.

C’est parti pour l’étude !

Scène d'intro d'Indiana Jones

Plan 36

Plan Matriciel 26

Plan 34

Le plan suivant est plus large afin d’aérer la scène et de faire une transition entre les deux zones : celle du lac et la grotte. Le plan sert alors à spacialiser les personnages.

Indy gravit rapidement la montée, son larbin est lui plus lent derrière.

Indy rentre dans la grotte.

Cut.

Cut Axe

Plan 37

Plan Matriciel 27

Plan 35

Indy ressort de la grotte, dans le même axe que le plan précédent. Indy récupère l’équipement stocké sur son larbin. Ce dernier met en garde Indy contre le danger se trouvant dans la grotte. A noter qu’à partir du moment où Indy a révélé son visage, il discute avec le larbin, comme si c’était son égal. Ce changement de traitement du réalisateur par rapport à son personnage principal, a pour but de le rendre plus humain, et de faciliter l’identification du spectateur par rapport à lui.

Indy prend du sable.

Cut.

Cut Mouvement

Plan 38

Plan Matriciel 28

Plan 36

Insert où Indy rempli le sac de sable. Cut.

Cut Mouvement

Plan 39

Plan Matriciel 27

Plan 37

Indy se redresse après avoir pris du sable et est mis en garde face au danger de cette grotte par le larbin. Utilisation typique du faire valoir, qui a peur, là où Indy lui, ne craint rien. Même si on sent qu’il est inquiet par rapport à son concurrent qui était visiblement talentueux dont on a pas eu de nouvelle depuis longtemps. C’est une annonce scénaristique en plus d’être une mise en garde auprès du spectateur.

Une nouvelle fois Indy utilise le Larbin comme si c’était un mulet, il le bouge dans tous les sens afin de pouvoir récupérer ses accessoires que le larbin transporte. Indy pose le sac au sol.

Cut.

Cut Ellipse

Plan 40

Plan Matriciel 29

Plan 38

On voit Indy pénétrer dans la grotte. Les protagonistes se rapproche de la caméra. C’est une sorte de travelling passif. Au lieu que ce soit la caméra qui se rapproche des personnages pour dramatiser une situation c’est les personnages qui se rapprochent. D’autre part le plan permet de faire aussi office d’exposition. Le cadrage large au démarrage sert à présenter le nouveau lieu de l’action. Indy se rapproche du bord cadre gauche. Cut.

Cut Ellipse

Plan 41

Plan Matriciel 30

Plan 39

De nouveau un plan large qui permet de présenter un peu plus la grotte. A noter aussi l’annonce de la boule qui adviendra à la fin de la séquence.

Il y a un raccord d’un cadrage serré à un plan large, c’est un raccord elliptique qui laisse à penser que les personnages progressent depuis quelque temps dans la grotte.

Les personnages continuent d’avancer. Cut.

Cut Réaction

Plan 42

Plan Matriciel 31

Plan 40

Indy fait un effet de volet de façon à fluidifier le raccord et de pouvoir révéler le visage du larbin. Ce dernier réagit face à quelque chose que nous ne voyons pas, c’est pour ça que ce raccord est un cut réaction. Pour quelle raison ? Pour créer un mini suspense. On se demande bien ce que le personnage a pu voir que nous n’avons pas encore vu.

On notera également que le personnage se rapproche de la caméra et c’est de nouveau une utilisation du travelling passif.

Le larbin appelle son maître. Cut.

Cut Réaction

Plan 43

Plan Matriciel 32

Plan 41

C’est un cut réaction, filmer en point de vue. Ce n’est pas un cut point de vue. Parce que ce qui motive le raccord c’est la réaction d’Indy. Pour autant il est filmé du point de vue du Larbin avec sa torche en amorce.

On remarquera aussi l’utilisation de la lumière comme intensificateur. D’abord sur les araignées, il y a un halo de lumière pour bien focaliser l’attention du spectateur.

Indy enlève les araignée. Cut.

Cut Réaction

Plan 44

Plan Matriciel 33

Plan 42

Indy retire les araignée, le Larbin le regarde inquiet (le comédien était shooter lors du tournage de cette scène tellement il était inquiet des araignées, et on peut se rendre compte de l’expression improbable qu’il a sur le premier photogramme.)

Indy lui indique qu’il doit se retourner. Tout ce fait avec les mains, toujours très cinématographique, de plus Indy est celui qui donne les ordres, c’est le maître rappelons le, et le larbin lui obéit au doigt et à l’œil. Il y aura d’autre moment de ce genre.

Alors que le larbin se retourne, Indy au moment de la révélation se retourne à son tour. Ici c’est le côté vicieux de Spielberg qui s’exprime. Bien sûr cette utilisation est destiné à être drôle. Alors comment ça fonctionne ? D’abord il faut regarder comment une telle scène aurait pu moins bien marcher : le larbin se retourne – cut – resserrement sur le dos du larbin – cut – Indy se rend compte des araignées et les enlève.

Ici c’est tout l’inverse, Spielberg conserve l’unité de plan pour rendre authentique le passage (sans artifice, sans cut) ensuite il utilise l’effet que j’appelle : “l’effet guignol” c’est à dire que le spectateur à un train d’avance sur un danger que le héros encourt.

Et évidemment le spectateur se dit que c’est horrible, d’autant qu’il y a une gradation, on passe d’Indy qui a trois araignées au Larbin qui en a plus de dix. L’effet est d’autant plus saisissant. Et alors qu’on aimerait qu’Indy se précipite pour aller l’aider, celui ci regarde ailleurs. Ce qui implicitement ménage un mini suspense.

Indy regarde ailleurs alors que les araignées grouillent. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 45

Plan Matriciel 31

Plan 43

Ce plan est là uniquement pour dramatiser la situation, c’est plus qu’un cut réaction, c’est là pour dire : “ce qui se passe est dangereux, et je souffre.”

Le plan précédent est un plan matriciel qui a été volontairement coupé pour intégrer celui ci pour dramatiser la scène, la rendre plus intense. Faites l’exercice d’imaginer ce passage sans ce plan, en ayant uniquement le plan matriciel complet sans coupe. Vous devriez ressentir que la scène est moins longue et moins intense.

Cut.

Cut Parallèle

Plan 46

Plan Matriciel 33

Plan 44

On revient sur Indy qui se retourne enfin et constate qu’il y a beaucoup d’araignée sur le dos de son Larbin. On remarquera qu’il n’y a pas de cut réaction sur lui, Indy n’est pas particulièrement affecté par le sort de son partenaire. Il s’approche de telle sorte à masquer le dos du larbin. Cut.

On remarquera que très certainement le fait d’enlever autant d’araignée était dangereux (sans doute pour le comédien jouant le larbin) et que le fait de masquer le dos du larbin et d’avoir Indy de dos nous fait dire qu’il va enlever les araignées, alors que très certainement, il n’en fera rien par mesure de sécurité.

Cut Réaction

Plan 47

Plan Matriciel 34

Plan 45

Les araignées tombent sur le sol dans cet insert. Cut.

Cut Ellipse

Plan 48

Plan Matriciel 35

Plan b

On raccorde sur un autre endroit laissant sous entendre que le binome à bien marché.

Indy toujours devant, et en retrait le larbin. On pourra remarqué que c’est le larbin qui porte la torche, Indy n’en porte pas, il n’en a pas besoin, et ce qui est drole, c’est que le porteur de torche et sensé être devant et que là il est en retrait.

Indy se rend compte d’un problème, il se retourne. Cut.

Cut Mouvement

Plan 49

Plan Matriciel 36

Plan 47

Sur le mouvement, Indy se tourne vers le Larbin. Il lui annonce qu’il doit se tenir en dehors de la lumière.

Dans le cadre nous pouvons voir le faisceau de lumière bien identifiable pour la lecture de l’action.

Indy ordonne au larbin de ne pas bouger. Cut.

Cut Réaction

Plan 50

Plan Matriciel 37

Plan 48

Le Larbin s’exécute, s’arrête à proximité de la lumière, qui est très bleue, ce qui est normal, mais d’habitude c’est atténué pour des soucis d’esthétisme, ici la couleur est nettement joué pour des questions de lisibilité de l’action.

Le Larbin s’assoie donc à proximité de la lumière et regarde le Maître à l’oeuvre. Cut.

Cut Mouvement

Plan 51

Plan Matriciel 38

Plan 49

Indy se décale pour contourner la lumière bleue. Cut.

Cut Reaction

Plan 52

Plan Matriciel 39

Plan 50

Ca y est, Indy est positionné. De nouveau l’utilisation de la lumière “de jeu” pour mettre en valeur le regard d’Indy pour dramatiser la scène. La main d’Indy rentre dans la lumière bleue. Cut.

Cut Réaction

Plan 53

Plan Matriciel 40

Plan 51

Il y a avoir une série de plan très rapide, ce qu’on appelle un “Sudécoupage”. C’est à dire une succession de plans rapides, qui reproduisent rapidement la même action sous différents angles de vue pour insister sur l’action en cours et la rendre plus intense parce qu’elle semble durer plus longtemps sans pour autant perdre l’effet de surprise. Voici donc le premier plan.

Des piques jaillissent. Cut.

Surdécoupage

Plan 54

Plan Matriciel 41

Plan 52

Voici le second plan : Des piques jaillissent (en débutant de leur point de départ) et un squelette fonce vers nous. Cut.

Surdécoupage

Plan 55

Plan Matriciel 42

Plan 53

Le troisième plan de la série. Des piques jaillissent. On notera que la lumière sur Indy n’est pas du tout raccord avec le plan où il lève la main pour la mettre dans la lumière bleue. Comme le plan est très rapide, c’est pour que les éléments soient identifiables, s’ils avaient été silhouettés, les choses seraient moins faciles à intégrer pour le cerveau au vue de la vitesse du plan. Cut.

Surdécoupage

Plan 56

Plan Matriciel 43

Plan 54

Dernier plan de la séquence. On voit un crâne en gros plan au bout de piques. C’est le point culminant, il est en gros plan.  Cut.

Cut Réaction

Plan 57

Plan Matriciel 44

vlcsnap-2018-07-31-13h50m18s647

Le Larbin remplit son rôle de trouillard, pour valoriser Indy qui lui ne craint rien, en hurlant à la vue du mort. Cut.

Cut Parallèle

Plan 58

Plan Matriciel 45

Plan 56

Le décalage avec Indy qui ne crie pas, et qui rentre dans le champ par le bas pour se mettre au niveau de la tête du mort. Cut.

Cut Mouvement

Plan 59

Plan Matriciel 46

Plan 57

Le Mort tourne la tête vers Indy. Ce passage est à la fois dégueux, dramatique et drôle. C’est drole parce que le Mort semble réagir à la présence d’Indy, ce qui est en soit assez dégueux, il n’est pas rare à ce passage, que les gens réagissent en trouvant ça dérangeant. Et je pense aussi que si c’est dérangeant, c’est aussi parce que c’est quasi dramatique, c’est littéralement la mort qui regarde Indy, et comme ce mort est son concurrent archéologue, on pourrait voir en ce mort, une mise en garde d’une mort prochaine. A noter aussi que ce mort présent dans cette grotte suscite aussi un mini mystère : qui est ce mort ?

Le Mort regarde Indy. Cut.

Cut Dramatisation

Plan 60

Plan Matriciel 44

Plan 58

Idem que la dernière fois, nous sommes au delà du cut réaction, on est dans la dramatisation, ce qui fait durer la scène et qui est aussi expiatoire pour le publique qui se reconnait dans cette réaction naturelle et qui peut sourrire et enlever le stress du passage précédent. Cut.

Cut Parallèle

Plan 61

Plan Matriciel 45

Plan 59

Fin du mini mystère : Indy révèle l’identité du mort : c’est son concurrent. On sent aussi dans la réaction d’Indy qu’il ne faut pas prendre à la rigolade ce lieu. L’endroit est dangereux. Cut.

Cut Ellipse

Plan 62

Plan Matriciel 47

Plan 60

Un fouet s’enroule autour d’une branche. Ce plan sur un insert permet alors que nous étions le plan précédent sur autre chose, de passer directement à la fois à une autre zone mais aussi à une autre temporalité. Ici c’est une ellipse, on a fait un bon dans le temps.

Le fouet s’enroule. Cut.

Cut Réaction

Plan 63

Plan Matriciel 48

Plan 61

Un corps se balance au bout du fouet pour passer au dessus d’un trou.

On notera l’utilisation d’une courte focale pour donner l’impression que le trou est très profond, alors qu’au tournage il ne devait pas l’être autant.

Indy franchit le trou. Cut.

Cut Mouvement

Plan 64

Plan Matriciel 49

Plan 62

Voici le plan d’exposition de la scène, vous noterez qu’il n’est pas utilisé dès le départ comme la plupart du temps, il y a une forme de mystère avec les deux plans précédent. Où sommes nous ? Qui est ce ? Et nous avons la réponse sur ce plan là.

Indy franchit visiblement sans difficulté le trou et lance nonchalamment le fouet à son Larbin sans se soucier de son sort, il quitte le champ.

Ce qui, avec l’attitude inquiète du Larbin, procure un effet comique.

Cut Mouvement

Plan 65

Plan Matriciel 50

Plan 63

Le Larbin se lance. Ce plan sert à spatialiser les protagonistes les uns par rapport aux autres. Indy au plan précédent à quitter le champ, est il très loin du trou ? Ou finalement attend il le Larbin ? Ce plan permet d’y répondre, ce qui est important par rapport à ce qui va suivre. Cut.

Cut Mouvement

Plan 66

Plan Matriciel 48

Plan 64

Même plan que précédemment, ce qui semble laisser sous entendre que tout se passe normalement, c’est également un rappel du danger.

Cut.

Cut Réaction

Plan 67

Plan Matriciel 47

Plan 65

La branche fléchit sous le poids du Larbin. Il est assez difficile de se rendre compte de ça, parce que ça dépend de la sensibilité de chacun, mais le plan de franchissement du trou suivi du plan avec la branche qui s’affaisse avec le fouet qui bascule donne la sensation que le protagoniste va tomber en arrière. On a un sentiment de déséquilibre très fort. Si le monteur avait mis le plan de la branche qui s’affaisse suivit du trou on aurait une impression de chute et non de renversement.

La branche descend. Cut.

Cut Mouvement

Plan 68

Plan Matriciel 49

Plan 66

Le Larbin bascule en arrière et est attiré vers le trou. Indy jaillit (ce qui est crédible par rapport au positionnement précédent) et saisit le Larbin qui regarde en arrière. Cut.

Cut Point de Vue Tronqué

Plan 69

Plan Matriciel 48

Plan 67

Ce plan est sensé être un point de vue, au vue du raccord, cependant ce n’est pas le cas puisqu’on le voit dans son point de vue ce qui n’est pas possible, c’est pour ça qu’on appelle ce raccord en point de vue tronqué. Des cailloux tombent pour servir d’amplificateur d’une chute future. Cut.

Cut Réaction

Plan 70

Plan Matriciel 51

Plan 68

Plan plus serré, qui laisse sous entendre l’effort d’Indy ou du Larbin peut importe, ce plan est là pour montrer qu’on est passé à un effort supplémentaire. Cut.

Cut Mouvement

Plan 71

Plan Matriciel 49

Plan 69

Le Larbin parvient à s’accrocher à Indy. Il y a un passage comique quand les deux hommes sont dans les bras l’un de l’autre. Indy se défait du Larbin et se redirige vers son objectif. Cut.

Cut Ellipse

Plan 72

Plan Matriciel 52

Plan 70

On voit un élément plus élaboré et doré dans le décor, on annonce donc que le héros se rapproche du but. Indy rentre ensuite dans le champ et voit ce que nous ne voyons pas. Il y a de nouveau la création d’un mini suspense, une excitation (couplé à la musique) du spectateur se crée.

Cut Point de Vue

Plan 73

Plan Matriciel 53

Plan 71

Point de vue d’Indy sur l’idole. Avec une lente et lourde (dramatisation et gravité) avancée. Cut.

Cut Retour Point de Vue

Plan 74

Plan Matriciel 52

Plan 72

Indy est satisfait. Il touche au but. Cut.

Cut Parallèle

Voir la seconde partie

Voilà pour cette deuxième partie. Vous pouvez me contacter pour me poser des questions si vous en avez où si vous souhaitez que j’analyse une séquence d’un film en particulier. Et vous trouverez la troisième partie en cliquant sur ce lien : Intro Indiana Jones Plan par Plan 3/4

Se procurer le DVD

Bilan

couverture2J’espère que cet article vous aura plu, sans doute que ce guide gratuit vous intéressera  :

“Tout ce que l’école de Cinéma ne vous apprendra jamais”

(Et qui est pourtant essentiel pour réussir)

A quelle adresse souhaiteriez vous que je vous l’envoie ?

Je déteste les spams, votre adresse mail ne sera jamais cédée ni revendue 😉

Leave a Comment

Your email address will not be published.