Une Star est-elle indispensable pour faire des entrées ?

Lorsque l’on souhaite faire un film indépendant, avoir un acteur connu est-il indispensable ?

C’est en lisant une étude américaine parue sur l’American Film Market que je me suis dis que ce serait peut être pertinent que je vous la présente en le traduisant, afin que les non anglophones puissent en profiter, vous trouverez l’article original ici : american film market. Je précise que lorsqu’il est dit “nous” dans l’article c’est les chercheurs, je n’ai nullement participé à cette étude, mais pour plus de facilité dans la traduction j’ai conservé ce pronom.

Voici donc cette enquête assez édifiante.

L’enquête

Les professionnels de la vente et de la distribution pensent couramment que «les noms font vendre».
De la même manière, les films mettant en vedette des acteurs célèbres (c.-à-d. Des «noms») sont plus faciles à vendre que des films sans noms célèbres. Mais est-ce vrai dans les faits ?

Nous avons décidé d’en savoir plus en étudiant tous les films produits aux États-Unis qui avaient été tournés en 2017 pour voir si la présence d’un acteur célèbre dans un rôle principal avait permis de faire entrer un film en salle. Nous nous sommes concentrés sur les films réalisés en 2017 pour nous assurer qu’ils ont eu le temps de trouver ou non une sortie en salles. Par exemple, quelques-uns des films tournés en 2017 ne sont sortis que récemment, jusqu’à deux ans et demi après l’achèvement du tournage principal.

Commençons par examiner quels types de films ont généralement des acteurs célèbres, puis nous pourrons ensuite étudier le lien entre le pouvoir des stars et le type de films sortis en salles.

Quels types de films indépendants ont une star dans la distribution ?

Sur la base de l’indice de rentabilité que l’on trouve sur le site The Numbers, nous avons créé une liste de stars de cinéma bien connues au début de 2017. Nous avons ensuite analysé les acteurs les mieux classés pour chacun des 1 000 films de l’ensemble de données afin de déterminer si chaque film comportait une star.

Sur 877 films indépendants, un peu moins de 40% (338 au total) avaient un membre de la distribution célèbre. Le nombre de stars varie considérablement selon le genre. 1/5 seulement des films d’horreur (21%) avaient une star, contre environ la moitié des thrillers et de l’action (50% et 51% respectivement).

Relativement parlant, les stars apparaissent beaucoup plus dans les comédies, thrillers et films d’action, où l’attrait du nom est plus susceptible de vendre un film.

Bien que nous voulions nous concentrer sur les films indépendants dans cet article, nous avons utilisé le même processus pour les films produits par les principaux studios.

Comme on pouvait s’y attendre, les films de studio ont dans la plupart des cas des vedettes: 103 sur 123 films de studio avaient une star dans leur casting. Le seul genre avec moins de star est l’horreur. Tous les autres genres ont plus de 80% de chances d’être menés par une star.

Maintenant que nous savons où trouvez des stars, voyons comment cela affecte la possibilité qu’un film voit le jour.

Comment le fait d’avoir un casting célèbre affecte-t-il vos chances de sortie en salle ?

En nous concentrant sur les productions indépendantes, nous avons divisé les films en quatre résultats possibles (dans tous les cas, nous parlons du marché «domestique», autrement dit des États-Unis et du Canada).

  • Pas de sortie en salle  – Ces films n’ont pas de sortie en salle dans le pays. Ils ont peut-être eu une première dans un cinéma et était projeté dans des festivals de films, mais ils n’ont jamais annoncé de sortie en salle pour des clients payants.
  • Sortie nominale  – Ces films ont officiellement une date de sortie en salle mais aucun chiffre au box-office n’a été rapporté, ce qui signifie qu’il s’agissait très probablement d’une sortie confidentielle, probablement dans un ou deux cinémas.
  • Petit film  – Films qui ont rapporté entre 1 et 100 000 $ au box-office national.
  • Sortie importante  – Films qui ont rapporté plus de 100 000 $ au box-office national.

Le graphique ci-dessous montre le pourcentage de films indépendants à chaque échelle de diffusion ayant une star dans leur distribution. Par exemple, 25% des films sans sortie (c.-à-d. Allant directement à la vidéo ou à une plate-forme de streaming) avaient une star.

Dans quels genres la présence de Star impacte-t-elle le plus le box office ?

Enfin, divisons ces films par genre et voyons comment le fait d’avoir une star affecte-t-il une sortie éventuelle d’un film.

Dans tous les cas, avoir un acteur connu dans un film est utile pour obtenir une sortie en salles, mais l’effet varie beaucoup selon le genre.

Dans la plupart des genres, le fait d’avoir une star au casting permet d’augmenter considérablement les chances d’un film de sortir en salle. La seule exception concerne les films d’aventure, dont 70% sont directement envoyer en VOD (vidéo à la demande) qu’il y ait une star ou pas. Cela dit, si vous réalisez un film d’aventure et que vous souhaitez une sortie importante en salle, vous devez impliquer une grande star (nous n’avons trouvé qu’un seul film d’aventure indépendant qui a eu une sortie substantielle en salle sans avoir de star). Pour les films d’action, le fait d’avoir une star bien connue augmente considérablement les chances d’obtenir une sortie cinéma : 70% des films d’action avec des acteurs moins connus vont directement en VOD, tandis que 70% des films d’action avec un acteur connu acteur peuvent obtenir une sortie cinéma. Il n’y a pas un seul film d’action dans l’ensemble de nos données qui ait eu une sortie cinéma significative sans une star majeure à bord.

Pour les drames, les comédies, les thrillers et les films d’horreur, le fait d’avoir une star augmente également considérablement les chances d’une sortie cinéma substantielle. Cela dit, il existe des exemples dans tous ces genres de films sans star ayant obtenu de gros films (pensez à Moonlight dans la catégorie dramatique ou à la comédie The Big Sick). Ces quatre genres sont ceux où un scénario fort ou une idée originale donne encore un coup de fouet à un film (mais même dans ce cas, recruter des talents bien connus ne peut qu’aider).

Conclusion

Les consommateurs réagissent à la marque, se sentant en sécurité pour essayer de nouvelles choses quand ils arrivent sous la bannière d’une marque déjà digne de confiance. Si Coca-Cola sortait une nouvelle boisson, les gens seraient bien plus enclin à l’essayer que si elle avait été inventée par une personne ou une entreprise inconnue. L’activité cinématographique n’est pas différente, bien qu’elle comporte d’étranges «marques». Certains grands studios ont un attrait les nom qui ont une “aura” (par exemple Disney et ses nombreuses filiales telles que Pixar, Marvel et Star Wars), tandis que d’autres ont du mal à transmettre beaucoup avec leur seul nom.

En tant que cinéastes indépendants, nous n’avons pas cette aura et devons donc nous appuyer sur deux autres «influenceurs»: le genre et le pouvoir des stars. Pour beaucoup, dire qu’il s’agit d’une comédie romantique ou d’un film d’horreur psychologique suffira à créer de l’intérêt. Cependant, certains films ne peuvent pas simplement s’appuyer sur leur classification de genre – même ceux appartenant à des genres bien définis doivent se distinguer. C’est là qu’intervient le pouvoir des stars.

Un casting célèbre peut transformer un film de «juste une autre comédie» à «une comédie mettant en vedette Rebel Wilson et Marky Mark». On peut soutenir que les films indépendants ont besoin de cela plus que des images de studio, en raison de l’absence d’aura de leur société, aucun public établi et pas de canaux de distribution immobilisés.

Comme nous l’avons vu, tous les films ne nécessitent pas de noms de stars et il s’avère qu’environ un tiers seulement des drames indépendants ont des stars dans leur distribution.

Inversement, les genres qui semblent le plus liés au pouvoir des stars ont le lien le plus faible avec ce que pensent les critiques de cinéma, à savoir les comédies romantiques et les films d’horreur.

Certains spectateurs veulent voir des films très bien notés, alors que d’autres se contentent de regarder un film avec peu de stars, à condition qu’elles soient grandes. Dans les deux cas, c’est un autre exemple de la façon dont le mantra des producteurs devrait toujours être: «Connais ton public».

Remarques

Tous les films étudiés sont des longs métrages tournés aux États-Unis ou réalisés par des sociétés de production basées aux États-Unis et achevés en 2017. Il est possible que certains de ces films n’aient pas encore atteint les salles de cinéma. Ainsi, avec le temps, les chiffres peuvent changer légèrement. Cela dit, nous menons ces recherches au début du mois de septembre 2019 et la grande majorité des films ont donc atteint les salles de cinéma ou ne le seront jamais.

L’un des défis de cet article a été de décider ce qui fait de quelqu’un une star. Le critère de sélection que nous avons utilisé est qu’une personne doit avoir été créditée plusieurs fois par an au cours des 10 dernières années précédant janvier 2017 et avoir une valeur “Bankabilité” intérieure (ce qui correspond approximativement à ce que nous nous attendions à ce qu’elle soit payée pour apparaître dans un film indépendant. ) au-dessus de 500 000 $ / film. Cela correspond aux 2% d’acteurs les plus actifs travaillant régulièrement dans l’industrie cinématographique nationale.

Lors de la mesure de la puissance d’un film, nous nous sommes concentrés sur les six acteurs les plus en vue, afin d’exclure les caméos et les apparitions fortuites.

A propos des auteurs

Stephen Follows  est un écrivain, producteur et analyste de l’industrie du film. Ses recherches cinématographiques sont parues dans le  New York Times, le Times, le Telegraph, le Guardian, le Daily Mail, le Mirror, le Evening Standard, Newsweek, le New Statesman, le AV Club  et  Indiewire . Il a agi à titre de consultant dans ce secteur et est invité au sein de la série The Business of Film de la chaîne BBC Radio 4, qui figure en tête du classement des balados iTunes, et a mené des consultations pour un grand nombre de clients, y compris le Smithsonian à Washington. En plus de l’analyse cinématographique, Stephen est un auteur-producteur primé et dirige une société de production basée à Somerset House, à Londres.

Bruce Nash est le fondateur et président de Nash Information Services, LLC,  premier fournisseur de services de recherche et de données sur l’industrie cinématographique et exploitant de  The Numbers , un site Web proposant un suivi des ventes au guichet et des vidéos, ainsi que des informations quotidiennes sur l’industrie. M. Nash a fondé la société en 1997 et compte aujourd’hui environ 1 000 clients, des grands studios aux cinéastes indépendants pour la première fois. M. Nash commente et analyse régulièrement les médias, notamment le  LA Times,  le  New York Times, le Variety,  le  Wall Street Journal, 60 Minutes  et  CBS News . M. Nash est l’arbitre officiel des enregistrements de films pour le livre des records Guinness. Pour en savoir plus sur les services de son entreprise, visitez  Nash Information Services .

Bilan

J’espère que cet article vous aura plu, et si vous êtes intéressé pour participer à la formation, vous pouvez dès à présent, vous inscrire et recevoir le guide gratuit qui vous apprendra :

Tout ce que l’école de Cinéma ne vous apprendra jamais
(ET QUI EST POURTANT ESSENTIEL POUR RÉUSSIR)

A quelle adresse souhaiteriez vous que je vous l’envoie ?

Obtiens ce guide gratuit

Tout ce qu'on ne t'apprendras jamais sur le cinéma

A quelle adresse souhaites-tu que je te l'envoie ?

Je déteste les spams, votre adresse mail ne sera jamais cédée ni revendue 😉

Leave a Comment

Your email address will not be published.